• CREE A LA FIN DES ANNEES 40, UN ART MARTIAL ADAPTE AU MONDE MODERNE

    Le fondateur de l'aïkido, Morihei UESHIBA (1883-1969), fut inspiré par les meilleurs maîtres
    d'arts martiaux du Japon de l'époque (école de Ju-Jitsu, d'escrime traditionnelle). L'arrière-plan
    philosophique ou religieux joua un rôle très important (traditions Shinto, Zen, Tao).

  • A côté de ce retour aux sources de l'esprit traditionnel du samouraï, il réussit à ouvrir sa pratique
    à des notions plus modernes (recherche de la paix, fraternité, harmonie) et développa à partir de
    1948 l'enseignement d'une discipline neuve et originale, qui commença, dès 1950 à rayonner dans
    le monde entier

    DES TECHNIQUES EFFICACES EFFECTUEES DANS HEURT ET VISANT A CANALISER, A
    CONTRÔLER L'ADVERSAIRE

    - Techniques à mains nues avec un ou plusieurs adversaires, armé(s) ou non,
    - Techniques au sabre, au bâton,
    - Techniques de concentration, de respiration.


  • Toutes les techniques visent au contrôle de l'adversaire, l'amenant à une chute et/ou une
    immobilisation.

    Il s'agit de canaliser le mouvement, la vitesse et la force de l'adversaire, de les utiliser sans
    rentrer en opposition avec eux.

    PAS DE COMPETITION, UNE DISCIPLINE ACCESSIBLE A TOUS

    La recherche de l'aïkidoka est celle de l'équilibre optimale de l'individu par rapport à lui-même,
    et par rapport à son environnement. Chacun peut se conformer à ses possibilités physiques,
    le but étant précisément de mieux les connaître. Une telle pratique est donc accessible à tous,
    homme ou femme, de l'âge tendre à l'âge mur.